dimanche 31 juillet 2011

Assis dans la salle d'attente / Sitting in the waiting room

- T'as envie de quoi ? je lui demande. J'ai déjà une assiette pleine de bourbon cream sur le bureau, et un verre d'amaretto à la main.

Elle a sonné chez moi,  à l'improviste à une heure du matin. Alors qu'on avait fermé le bar une heure plus tôt et qu'on s'était dit au revoir à demain.
C'est mon proprio jamaïcain qui lui a ouvert. Elle me confie en montant l' escalier qu'elle le trouve trop beau, elle aime les mecs sombres et un peu enveloppés. Mais elle me dit qu'il devrait pas s'épiler le torse, elle les aime poilus aussi. Je lui réponds que je crois qu'en fait il a pas beaucoup de poils,et que je comprends pas pourquoi toutes les filles de l'est que je connais aiment les arabes poilus, et que si elle l'essaie un jour, mon proprio, faudra qu'elle me dise si Leia, la jolie nana qu'il baise des nuits entières juste au dessus de ma tête, elle simule ou si il est vraiment si fort que ça.

Jolana rigole et retire ses platform-shoes avant de s'affaler sur le bout du lit, je rattrape mon portable de justesse et je ferme la fenêtre gmail sur un e-mail que je n'enverrais pas de toute manière.
Jola se relève un instant pour me laisser passer à la tête du lit.
Ça m'éclate quand je remarque qu'on fait la même taille, mais je dis rien, elle veut tellement être grande. Alors je lui dis juste que son string dépasse. Elle dit qu'elle s'en fout.
Elle répond pas tout de suite à ma question du début. Elle frotte sa pommette, là où on voit encore même sous sa couche de maquillage et ses heures de tanning, que le mec qu'elle avait en Pologne n'était pas tendre avec elle.
- Alors ?
- Je voudrais bien une clope, un verre de vin et un café bien fort.
- J'ai pas de clopes mais on peut demander à Mo, il dort pas, il fume des joints en faisant sa muscu à cette heure-ci.
- Non, pas la peine. Je peux manger les bourbon cream ?
- Si tu veux, c'est là pour ça.Tu bois rien alors ?
- En fait pour boire, j'ai besoin d'acheter un test de grossesse et ça me fait chier de mettre 8 livres dans un verre de vin. Tu comprends ?
- Fait chier Genci, il a déjà trois gosses et il a même pas encore divorcé leur mère. Il pourrait mettre des condoms.
- Les albanais sont tellement chiants avec ça. Elle soupire pendant que je sors un test de ma trousse de toilette je lui dis qu'elle a intérêt à avoir envie de pisser  et que les toilettes c'est au fond à droite, après la chambre de Liu.
Elle revient 5 minutes plus tard et me prend mon verre d'amaretto.
- C'est trop sucré. Comment tu bois ça ?
- Ça me garde éveillée quand j'écris.
- Tu les achètes où tes tests ?
- Au Poundland du Lower Precinct.
Elle rit encore, pas très fort, j'ai au moins trois colocs qui dorment la nuit quand ils ne bossent pas.
- Ils vendent que des trucs périmés.
- C'est qu'un test de grossesse, périmé ça fait quoi tu crois ?
- Ça te dit que t'étais enceinte il y a 10 mois ?
On rit trop fort cette fois et je sors un deuxième verre du tiroir de mon bureau. 

Some friends remain friends even though they don't talk, don't meet, or don't communicate in any way. At least some friendships are that way. I haven't seen Jolana since I left the UK. We exchanged a few calls, she was getting married to a Indian guy I'd never met, and then I lost all my phone numbers, including hers, changed mine and she didn't own an e-mail. She was changing job and house every three months, and I wasn't doing much better. We just lost touch.
I don't miss her, we didn't really need each other like you sometimes need a particular friend, we just happened to share a similar life and our friendship was a natural development.  I just hope she's fine, and happy. And I know, deep inside that if we ever meet again, we will be able to sit and talk as if we had only parted the day before. 
Some bonds are easy and comfortable to handle.

2 commentaires:

Le coucou a dit…

Ce qui a de bien chez vous, c'est qu'on ne s'ennuie pas: ni à la lecture de vos billets, ni à découvrir la maison. Pas le temps de s'encroûter, le décors change dès que vous avez le dos tourné!

Nefisa a dit…

Et c'est toujours à la même adresse !
A faire et à défaire on est pas à rien faire !