mardi 1 juin 2010

Vice de forme

Ce matin, Mister Pinguin et moi discutions. Sans parler évidemment. D'un bureau à l'autre (en face à face), utiliser notre messagerie instantanée est TELLEMENT plus pratique.

Après avoir devisé de nos épitaphes respectives -"Corpus Delicti" en ce qui le concerne, je réfléchis encore à la mienne, si vous avez des propositions, je suis preneuse, y'a pas urgence, mais c'est comme la retraite, c'est bien de prévoir. (mon vieil oncle cybernétique et réac' est prié de ne pas me frapper) - nous avons commencé à parler des films qui avaient marqués notre jeunesse. C'est donc en toute innocence que je lui ai envoyé l'extrait de "les apprentis" qui pour des raisons changeantes ondoyantes et insaisissables me trotte constamment dans la tête depuis... pfff... des années et encore plus souvent ces derniers temps.
Un peu comme les chansons qui marquent vos vies et dont les paroles remontent quand c'est de circonstance.
Il ne se passe sincèrement pas une semaine depuis que j'ai vu ce film sans que je repense à ce court extrait. Au choix, l'attendrissante première partie me revient  dans mes moments fleur bleue (j'en ai, j'avoue), ou la deuxième vient accompagner comme un mauvais augure quelque déclaration fracassante.

A la fin de l'extrait Mister Pinguin s'est mis à pleurer, en grognant qu'oser détruire ainsi l'image qu'une personne qui vous aime se faisait de vous par une déclaration aussi directe c'était surement l'obliger à des mois de thérapie. Depuis il est pelotonné dans un coin du bureau caché derrière le ballon et il refuse de me parler.
Il paraît que c'est traumatisant comme expérience.
Je vous la livre donc.

Share:

7 commentaires:

  1. Tu préfères une mort rapide par balle, ou le piétinement par un troupeau de chevaux sauvages ?

    RépondreSupprimer
  2. Allongée en monokini sur mon sari dans le couloir de l'amphi G, piétiné par une horde d'alphonses et d'albertines sortant d'un exam de philologie appliqué à l'élevage du phoque en milieu aride avec Achilles Last Stand de Led Zep en fond sonore.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  3. Comme si c'était mon genre, de frapper de pauvres filles qui écoutent du matin au soir de la musique aussi à chier qu'une nicolaïenne cravate !

    RépondreSupprimer
  4. Tonton : Je vais dire à Balmeyer que tu as insulté Led Zeppelin. (d'ailleurs j'écoute aussi Purcell et Vivaldi et un tas d'autres trucs, je n'en fais simplement pas étal)

    Klixte : Ah vous. C'est vrai que vous êtes spécialiste.
    J'ai la votre : Abyssus abyssum invocat

    RépondreSupprimer
  5. Quelle jeunesse, Seigneur! (je parle des "apprentis". Il sortait d'où ce jeune homme digne de Cunégonde? Je n'ai pas vu le film, ça explique et c'est certainement dommage.)
    Sinon, écouter Purcell plutôt qu'aussi, c'est bien!

    RépondreSupprimer
  6. Pour toi, j'avais pensé à plein d'horreurs en guise d'épitaphe. Certaines même en flamand, c'est dire.
    Et finalement, je crois que je viendrais sur ta tombe graver en lettres de sang
    "It was only rock 'n roll, but i liked it."
    ou
    "Punks never die."
    Au choix.

    RépondreSupprimer